Français

Celui qui laboure le champ le mange

Savoir préparer la terre avant de vouloir semer ou récolter, attendre, faire confiance à la nature pour tout recommencer, creuser et laisser respirer, inviter la terre au repos… Je me demande si le monde d’aujourd’hui n’aura pas à y gagner d’observer d’un peu plus près les sillons du labourage.

Contempler, c’est labourer ; penser, c’est agir. Les bras croisés travaillent, les mains jointes font.

Victor Hugo

Labour
Labour à quatre avec un joug de garrot, de Rudolf Koller (1868)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s