Français

Le rayon de soleil du matin

Une amie m’a dit que mon futur départ vers l’est lui faisait penser au film Indian palace (même si c’est vers le Népal que je m’en vais et que c’est pour y travailler et non pour y prendre ma retraite). Comme vous pouvez l’imaginer, l’entreprise n’est pas des plus facile. Avant de pouvoir monter dans l’avion qui m’emmènera vers Katmandou, il faut s’occuper de toute la partie matérielle, vider une maison, choisir quoi emmener, organiser ici et là-bas en même temps, préparer, prendre le temps des au-revoir, etc… voilà pourquoi je serai plutôt silencieuse sur les réseaux ces prochaines semaines… sans encore savoir si je continuerai ce blog… Dans tous les cas ces rendez-vous matinaux autour de quelques mots m’ont fait du bien et je remercie tous ceux qui ont lu et commenté, me donnant parfois le rayon de soleil dont j’avais besoin.

Français

Terre d’accueil à l’horizon

Vous ai-je déjà dit que j’allais m’exiler vers d’autres horizons ? À force de parler départ et déménagement vous l’aurez sans doute compris. Mais vers quelle terre va se diriger mon regard ? Un indice sous forme de devinette :

Mon premier est un chat anglais

Mon deuxième est le verbe qui ne dit pas la vérité à la troisième personne

Mon troisième est un synonyme de tranquille

Mon tout est une capitale

Départ 2

Français

L’ère de l’extrémisme

Everest

Pourquoi cette photo transmet-elle autant de tristesse ? Parce que nous sommes dans l’ère de l’extrémisme, comme si nous devenions incapables d’ADMIRER sans y toucher. Pourquoi font-ils tout ça ? Que vont-ils chercher en se mettant en danger ? Est-ce à cause du prix qu’ils paient qu’ils sont incapables de renoncer ? Tant de questions auxquelles je ne sais comment répondre, pourtant je me souviens que ce que j’aime de la montagne c’est cette sensation de plénitude solitaire et l’intensité du silence.

Français

La mélodie du monde

Il y a quelque temps, j’ai eu l’occasion d’animer un atelier d’écriture interculturel en italien, une expérience riche et intense. Il s’agissait de stimuler les participants à écrire, sachant que certains étaient de langue maternelle italienne, d’autres parlaient l’italien assez bien et quelques uns ne l’étudiaient que depuis quelques mois. Lors de l’une de nos rencontres, j’ai laissé chacun écrire et lire dans sa langue maternelle… Grand a été mon étonnement de constater l’émotion qui pouvait passer à travers la mélodie d’une langue dont on ne connaissait pas un seul mot, impressionnant aussi de constater la qualité de l’écoute des personnes pendant les lectures. Nous avons fait l’expérience de la richesse du monde et nous avons vu qu’une langue n’est pas composée que de mots mais aussi d’une musique qui transmet des sensations.

GEA2

 

 

Français

Mon futur

Mon premier a 6 faces et 6 chiffres

Mon deuxième est le mois dans lequel nous sommes installés.

Mon troisième est la 1ère personne d’un verbe qui se pratique dans l’eau.

Mon quatrième est la 3ème personne d’un verbe qui ne dit pas la vérité.

Mon tout est mon futur d’à présent.

Soleil

Français

Les bras d’Etretat

Angoissée devant les pages du futur,

Nouée dans une émotion de tristesse,

Nul n’imaginait la joie retrouvée.

Etretat m’a laissé choir dans ses bras,

Loin du quotidien d’une trop longue fin.

Ile d’air marin aux courants bienfaiteurs,

Souffle inattendu d’une vision du large,

Et me voici ravivée et confiante.

Revoir la mer, fouler la terre normande,

Agiter mes ailes sur les hautes falaises,

Voler vers l’au-delà du devenir,

Et ne plus regretter la mort d’hier,

Y repêcher mon amour pour la vie.

ETR.16

Français

Sur ces sentiers

Sur ces sentiers,

Monet peignait,

Maupassant écrivait,

Offenbach composait.

Quelque chose de magique ?

Un courant nostalgique ?

L’ouverture aquatique ?

Merveille géologique ?

Elle a regardé, écouté et mangé.

Elle a touché, respiré et éprouvé.

Un beau refuge pour les âmes égarées.

Elle repart lavée, sauvée par la mer.

ETRETAT colza