Blog

Français

Le groupe est la valeur supérieure

En écoutant Jean-Pierre Raffarin qui parlait de son livre sur la Chine dans l’émission C à vous (mon émission d’informations préférée), j’ai eu l’impression de mieux comprendre la grande différence qu’il y a entre les civilisations. Il parlait de la société de surveillance en Chine, qui fait froid dans le dos puisqu’on y compte pas moins de 200 millions de caméras de surveillance, auxquelles chaque Chinois est relié grâce à un numéro d’identité. Celles-ci permettent de gérer un système qui note les individus en fonction de leur comportement. Il semblerait que les citoyens ne désapprouvent pas ces pratiques, affirmant que cela permet une sécurité totale. Jean-Pierre Raffarin a commenté en disant que pour nous, Occidentaux, qui faisons de l’individu, de la personne, la valeur supérieure, on ne peut pas accepter ça. Par contre pour eux, dont le groupe est la valeur supérieure, ce sont des gens qui ont été élevés dans cette culture-là. Eux ils ont cette surveillance sur la politique, ironisait le politicien, mais en Occident c’est le marché qui a les informations. Si le Népal est encore loin de tout cela, j’y reconnais cependant une part de vérité sur la valeur supérieure du groupe.

Rouleaux

Français

La ronde des saisons

Alors qu’à travers la lucarne virtuelle j’aperçois les paysages hivernaux en Europe, ici la saison ressemble plus au printemps. Pourtant, j’ai vu hier près de l’école qu’on récoltait les avocats et ce matin la brume ressemblait au matin d’automne que je connais. Deux heures plus tard le soleil annonce une autre journée de ciel bleu. On me promet le début du froid pour décembre… tout est encore à découvrir sur la ronde des saisons népalaises.

ptr

Français

La tolérance n’est-elle pas le meilleur remède ?

Cette semaine à l’école j’ai eu une de ces surprises auxquelles je commence à prendre goût. Quand je suis arrivée à l’école, la secrétaire m’a demandé si j’avais un foulard pour me couvrir la tête. Tout de suite, je comprends que j’ai encore manqué une information et que certains de mes cours n’auront pas lieu. En effet ce jour-là, à l’école, on célébrait le 550ème anniversaire de la naissance de Guru Nanak. J’avais déjà eu l’occasion de découvrir qu’il s’agissait d’un mystique et poète indien, maître fondateur du Sikhisme, car le mardi nous avions eu congé pour une grande célébration à Katmandou.

Alors voilà que le programme des cours va être à nouveau tout chamboulé. La cérémonie devrait commencer à 10 heures. Je vais faire comme d’habitude, suivre le mouvement, en espérant ne pas commettre d’impair. Quand je vois les élèves qui attendent en file devant la porte pour aller sur le terrain de sport, je constate qu’ils sont tous en chaussettes (blanches)… Est-ce que je dois moi aussi retirer mes chaussures ? Non, me répond-on, les élèves, ayant tous les mêmes chaussures, ils les ont laissées dans leur salle de classe pour éviter la confusion. Je devrais donc les enlever plus tard… Je suis les élèves et fais la queue derrière ceux qui, comme moi, n’ont pas de foulard, afin d’en recevoir un. Personne, ni enfant, ni femme, ni homme, ne peut avoir la tête découverte. Les hommes Sikh portent le turban. Une fois mon foulard orange noué par une experte, je vais m’installer en tailleur sur les tapis qu’on a déroulés sur le terrain de basket. Attention, les hommes sont à gauche, les femmes à droite. Des musiciens jouent une musique qui me plonge très vite dans une méditation agréable. Un immense papillon coloré vole sans crainte par dessus nos têtes, se posant de temps à autre sur l’un des foulards. Le prêtre ne parle pas longtemps, mais bien entendu je ne comprends pas un mot de ce qu’il dit, il parle en népalais, en hindi, ou que sais-je. Heureusement que je me suis entraînée à Namobudha à rester assise en tailleur longtemps, car la cérémonie dure jusqu’à midi.

Encore une fois je viens d’assister à une grande leçon de tolérance. Cette école est le contraire de la laïcité… Non pas parce qu’on y propage des idées religieuses spécifiques, mais plutôt parce qu’on semble y célébrer toutes les fêtes des diverses religions, afin d’ouvrir un horizon de tolérance dans l’esprit de chaque étudiant. Cela fait passablement réfléchir par rapport au débat houleux dont on entend les échos jusqu’ici depuis la France.

Gurun Nanak

Français

Sacrées vaches !

Bien que nous n’ayons jamais gardé les vaches ensemble, permettez-moi quelques réflexions après avoir pas mal ruminer pour tenter de mieux comprendre les vaches de cette grande ville. Pour l’instant aucune ne m’a fait de coup vache au milieu du trafic, elles sont pacifiques, comme la population. Non, dans ce pays je n’ai jamais rencontré de peau de vache ni entendu personne crier « Mort aux vaches ! » contre les représentants de l’ordre. Ici, je ne dirais pas que je suis dans une période de vaches maigres, sans pour autant vivre celle des vaches grasses, l’important c’est qu’on ne me prenne pas pour une vache à lait. Je ne peux malheureusement même pas vous dire que je parle le népalais comme une vache espagnole (puisque mon vocabulaire a moins de dix mots). La bonne nouvelle c’est que j’adore cette saison où il ne pleut plus comme vache qui pisse.

Ah la vache ! je ne m’étais jamais rendu compte combien les vaches se promenaient souvent dans la langue française ! Allez, on va arrêter avec toutes ces vacheries, même si c’était vachement sympa d’essayer de mieux connaître les vaches de Katmandou.

oznorCOQR

Français

J’aimerais comprendre

Les vaches regardent passer les trains parce qu’elles ne peuvent pas monter dedans.

Sylvain Tesson

Sérieusement, j’aimerais bien comprendre ce qui se passe dans la tête des vaches de Katmandou. Depuis que je suis enfant, j’ai grandi avec cette idée que les vaches aimaient regarder les trains passer dans la campagne et surtout dans les montagnes, où les trains circulent plus lentement. Dans le pays d’où je viens, elles sont au spectacle, tellement le pays est petit et jalonné de réseaux ferroviaires. Comme il n’y a pas de train au Népal, je me demande si c’est pour cela que les vaches d’ici semblent autant fascinées par le trafic urbain, à tel point qu’elles se couchent souvent au milieu de la circulation. L’animal est sacré dans ce pays. Il est interdit de les frapper ou même de les toucher. Tout manquement à cette règle peut être sévèrement puni. Il vaut mieux être vigilant sur la route (et ne pas rêver d’un bon filet de bœuf) car celui qui tue une vache est passible de deux ans de prison.

rhdr
rhdr