Français

Tout est difficile avant d’être simple

Impossible de réaliser deux défis en une journée, je me contenterai d’avoir enfin trouvé le bureau de poste pour envoyer mon premier courrier. Apparemment, la vente de timbres postes ne rapportent plus beaucoup par ici. Quatre personnes semblaient n’attendre que moi et les corbeilles de courrier ne s’entassaient pas sur le comptoir.

IMG_20190915_102036

L’autre mission était celle de rentrer à la maison avec mon nouveau scooter, mais ce n’est pas parce que j’ai payé le papier magique que la tâche a été simplifiée, il fallait encore songer au problème du financement. Ici, on ne peut presque rien payer avec une carte de crédit. J’ai trouvé les petites cabines près des banques dans lesquels on s’isole pour retirer au distributeur, mais il faudrait faire de nombreux prélèvements pour réunir la somme sur quelques jours, avec à chaque fois une commission. Alors j’ai voulu essayer de retirer à la banque. Quand je suis arrivée, on servait le numéro 30, j’ai pris le billet 82 à l’automate et me suis installée parmi la foule pour regarder un programme d’aventure à la télévision… Une heure plus tard, quand j’ai dit au banquier que je voulais retirer avec ma carte de crédit, il a interrogé tous ses collègues pour savoir comment faire, puis a téléphoné, et m’a finalement tendu un petit papier sur lequel il avait écrit qu’à cause d’un problème technique, je ne pouvais pas prélever avec cette carte. Quand je lui ai demandé si cela pourrait fonctionner avec une autre carte, il a répondu Non, et demain ? Non.

Mon seul espoir est que l’auteur népalais Narayan Wagle ait raison :

À mon avis si tu choisis une voie artistique peu importe laquelle c’est mieux de vivre en Orient plutôt qu’en Occident. L’Occident est certes plus développé, mais ils n’ont pas ces innombrables petites histoires liées au tracas quotidiens de l’Orient, ils manquent de créativité. L’espace entre le problème et la solution laisse libre cours à l’imagination. Il règne dans ce désordre une magie propice à la créativité.

Le Palpara Café, Narayan Wagle

Laisser un commentaire