Senza categoria

Des confinis ?

La vie, ce n’est pas d’attendre que l’orage passe c’est d’apprendre à danser sous la pluie…

Sénèque

De là où je suis, je vois que les gens ont recommencé à râler, protester, manifester, casser, simplement pour montrer qu’ils sont en colère.

Je suis l’habituelle ingénue… Puisque l’on parlait du monde d’avant et du monde d’après, depuis le pont de l’entre-deux, je pensais que les gens sauraient dès lors apprécier les petites choses du quotidien. Dès leur libération, je les voyais s’enflammer devant un brin d’herbe, sautiller de joie sans raison… Je croyais qu’ils prendraient le temps de rendre hommage à ceux qu’ils ne verront plus. J’imaginais que l’on redonnerait un peu d’espace au monde spirituel pour prendre le temps de célébrer la vie, en se souvenant que la mort en fait partie. J’aurais voulu que l’on songe à tous les gens à qui pendant des mois on a refusé le droit de dire Adieu à un proche.

Non, il n’en est rien, on crie à nouveau contre les policiers parce qu’ils sont trop violents… et le lendemain on leur reproche d’être incapable de maîtriser la violence… On généralise tout, on s’improvise spécialiste de n’importe quoi, on aime se victimiser, on déboulonne des statues comme dans les pays au régime totalitaire… On recommence à accuser les agriculteurs, sans vraiment prendre le temps de comprendre leur travail, ni d’admirer ce qu’ils continuent à faire pour cultiver la terre de leurs ancêtres. J’espérais que sur les plateaux télé on recommencerait à nous parler d’autre chose, qu’on se rendrait compte qu’il y a plus grave dans le monde que le Covid 19… Mais non, on continue de dire un jour que le masque est indispensable, avant de rectifier le lendemain en prétendant que ce n’est peut-être pas le cas. Telle une épée de Damoclès, on brandit sur nos têtes la menace d’une deuxième vague, comme si le virus naviguait sur les mers. Après avoir ajouter le verbe déconfiner à la langue française, on voudrait y mettre celui de reconfiner.

Et moi je voudrais tant qu’ils s’excusent auprès des enfants à qui l’on a fait croire qu’ils risquaient de tuer leurs grands-parents s’ils les embrassaient. Imaginez un peu un petit garçon ou une petite fille qui a connu un deuil dans sa famille, comment le/la convaincre qu’il/elle n’y est pour rien ?

S’il vous plaît, remettez les acteurs dans les théâtres, rouvrez les cinémas, laissez les festivaliers festoyer, relancer la saison artistique et que chacun prenne ses responsabilités ! Qu’ils restent chez eux ceux qui craignent d’être contaminés ! Qu’ils mettent un masque ceux qui pensent que cela les protègent… Que ceux qui sont en colère se souviennent que ni la violence ni l’angoisse n’ont un effet constructif… Mais s’il vous plaît faites que chacun puisse être à nouveau libre de vivre…

Aujourd’hui, la parole est à la musique ! Chers musiciens du monde entier, élevez votre voix et faites taire tous les scientifiques et leurs statistiques ! Osez leur dire… comme Pierre Perret l’a si bien fait ! 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s